Ilot à sternes du plan d'eau d'Écluzelles
Réensablage de l’îlot à sternes

Rénovation du mobilier urbain, réensablage de l’îlot à sternes et pose d’un radeau végétalisé, les chantiers sont nombreux au plan d’eau d’Écluzelles.
L’automne et l’hiver sont des périodes propices aux travaux à l’étang de Mézières-Écluzelles. « À ce moment-là de l’année, on dérange beaucoup moins les espèces nicheuses, les oiseaux, comme les bihoreau gris, qui restent ici toute l’année ou les sternes », explique Marjorie Mandin, technicienne zone humide, qui s’occupe de la gestion écologique du plan d’eau à l’Agglo du Pays de Dreux.

Petite aire de pique-nique
Plusieurs chantiers ont été entrepris. Le premier a été lancé, il y a deux mois, et vient de s’achever. Les employés de services techniques de l’Agglo ont poncé et lasuré l’ensemble du mobilier urbain en bois du plan d’eau.

Débroussaillage caprin au pont Hoddé à Dreux

« Il s’agit de trois tables, dix-huit bancs et la passerelle en bois, qui fait la jonction entre le marais et le plan d’eau », détaille Marjorie Mandin. « Les tables en bois ont été replacées à proximité du parking du dolmen, avec un barbecue, formant ainsi une petite aire de pique-nique au milieu de la grande prairie. »


Ponton flottant
Le deuxième gros chantier concerne l’îlot à sternes, qui a été créé en 2007. Cet endroit ensablé permet aux oiseaux de pondre leurs œufs directement dans le sable. Le problème c’est que l’îlot, situé au milieu du marais, n’a pas été entretenu et la végétation l’a envahi.

Un Drouais veut créer un centre sportif et culturel pour la jeunesse à Ecluzelles

« Nous avons décidé de le restaurer, car les sternes ont besoin de sable. Nous avons enlevé toute la végétation. Maintenant, nous devons trouver une solution pour amener le sable sur l’îlot, peut-être avec un ponton flottant ou en s’adressant à une entreprise spécialisée. »

Le troisième chantier consiste à installer un quatrième radeau végétalisé. Trois sont déjà sur le plan d’eau. C’est un îlot artificiel apprécié des canards et qui permet aux poissons de se cacher en-dessous et de se nourrir. Ce quatrième ponton flottant de 10 m2 sera posé avant Noël.

Claire Béguin

 

Un peu d'histoire

 

L'étang de Mézières-Ecluzelles, site classé "Espace naturel sensible" depuis une quinzaine d'année, a été créé dans les années 70. Jusqu'en 1962, ce terrain situé sur une zone humide, servait de pâturages ou bien était exploité de façon marginale par des entrepreneurs locaux pour la qualité de son granulat (silice, calcite, silex).

C'est à partir de 1963 que l'extraction se développe de manière intensive avec les Nouvelles Sablières de Flins. Le terrain se creuse et devient une ballastière qui sert notamment à la construction de la tour Montparnasse et du quartier parisien. La nappe phréatique qui se trouve en dessous met alors le terrain en eau. L'exploitation intensive et rapide met en péril, dès 1967, la Pierre Pucre (dolmen d'Ecluzelles). Son sauvetage et sa réparation ont pris de longs mois et malgré les efforts de MM. L'Helgouach, Albert et Brancion, technicien des Antiquités préhistoriques, et quelques jeunes gens des clubs archéologiques du Lycée Branly et du Cercle Laïc de Dreux, il a fallut l'intervention des sapeurs du 5e Génie de Versailles, en février 1969, pour remettre debout les trois pilliers et y poser la table de 30 tonnes.

En 1975, l'entreprise cesse son activité et abandonne le site. la nature s'y étant installée, elle set aujourd'hui un refuge pour de nombreuses espèces d'oiseaux d'eau (l'aigrette gazette, le martin pêcheur, la sarcelle d'hiver, la mouette rieuse, les canards souchet et piles, le canard col vert, la foulque m'écroule, la poule d'eau, le grèbe huppé et le héron cendré... et même une colonie de hérons bihoreaux).


Créé le : 09/12/2020, par Alfredo Lopez modifié le : 23/07/2020